Il y a tromper et tromper …

Les raisons de tromper son ou sa partenaire peuvent être multiples. Nous allons d’ailleurs vous proposer un inventaire (non exhaustif) des différents types d’infidélité dans cet article.

Nous en profiterons pour confronter ces différents types d’infidélités à des conceptions éthiques et morales, histoire de démontrer à nouveau que notre rapport à la fidélité et l’infidélité n’est jamais totalement blanc ou noir. En réalité, dans la majorité des cas, la décision de tromper ou pas est appartient en quelque sorte à une zone grise.

L’infidèle trompe-t-il pour de bonnes raisons ou a t’il forcément tort ? Les personnes infidèles ne sont-elles pas plus victimes que coupables ?

La vérité se situe souvent entre ces deux approches antagonistes.

Retour aux bases : c’est quoi, une infidélité ?

Avons-nous tous les mêmes conceptions de la fidélité et des limites de la fidélité ?

NON !

Certes, la conception monogame du couple prédomine. Mais est-elle naturelle ?

NON !

L’infidélité touche grosso modo 50% des hommes et 40% des femmes. On ne peux pas vraiment parler de phénomène marginal …

Si l’on s’intéresse au monde animal, on constate même que l’infidélité est presque la norme ! Très peu d’espèces fonctionnent sur le mode d’une relation monogame.

Et puis, ne devrait-on pas distinguer l’infidélité sentimentale et l’infidélité physique ?

Parfois (et souvent même), des personnes sont infidèles alors qu’elles sont par ailleurs tout à fait heureuses en couple ….

Comme le souligne Dan Savage dans son livre éponyme « The Commitment: Love, Sex, Marriage, and My Family » publié en 2005 : « Il est bien sûr parfaitement normal d’avoir envie de baiser ailleurs quand on est dans une relation monogame. De même qu’il est parfaitement normal de rêver de baiser d’autres personnes, de se masturber à l’idée de baiser d’autres personnes, de mater d’autres personnes qui pourraient baiser avec vous si 1) vous n’étiez pas dans une relation monogame, et 2) s’ils étaient intéressés. Du coup, il est parfaitement ridicule de se rendre malheureux à force de scruter son partenaire en quête de preuves qu’il veut baiser ailleurs. (Hé, les jaloux, juste un truc : votre partenaire pense parfois à baiser ailleurs… exactement comme vous pensez parfois à baiser ailleurs) ».

Se masturber en pensant à une autre personne, avoir des sentiments pour une autre personne que son ou sa partenaire ou flirter gentiment avec quelqu’un d’autre est-il anormal lorsque l’on est en couple ?

NON !

Bref, tout ça pour vous dire (au risque de me répéter) que les notions de fidélité et d’infidélité ne sont pas si simples que ce que l’on voudrait bien croire.

Et ce d’autant plus que notre regard sur ces notions évolue considérablement dans le temps et en fonction des parcours « sentimentaux-sexuels » de chacun(e).

Exemples :

  • La conception du couple n’était pas du tout la même chez les grecs, lorsque cette civilisation a connu son apogée.
  • Une personne qui a déjà été infidèle sera logiquement plus encline à tolérer une infidélité à son égard qu’une personne qui n’a jamais été infidèle …

Mais continuons notre discussion afin d’en arriver aux différentes causes liées à l’infidélité.

Comme vous le constaterez, ces causes sont multiples et plus complexe qu’il n’y parait.

Dans ce contexte, même s’il est possible de donner une définition rapide de l’infidélité, il semble aussi judicieux de prendre du recul vis-à-vis de cette définition et de prendre en compte ses différentes / multiples facettes.

Typologie (non exhaustive) des raisons de tromper son ou sa partenaire ….

– L‘infidélité accidentelle / opportuniste

Exemple : lorsque l’on se fait draguer lors d’une soirée et que l’on succombe tout en sachant que l’on aime son ou sa partenaire. En général, dans ce genre de situation, on culpabilise et l’on se dit que l’on doit tout avouer ou bien on espère surtout que cet écart restera secret et n’entrainera pas de complications conjugales.

Côté morale :

Vous avez dépassé la limite.

Mais une fois ou deux, cela arrive à tous les couples !

Et si cela n’avait pas été vous, c’est probablement votre partenaire qui un jour ou l’autre aurait succombé et par la même remis en cause votre couple.

/// – L’infidélité avec transfert sur un objet consiste à reporter son affection sur quelque chose plutôt que sur quelqu’un : ici vous avez le terrain de la moitié des épisodes de Confessions Intimes. L’infidèle se passionne soudain pour un jeu vidéo, pour du tuning ou pour sa tortue, et délaisse totalement son conjoint.

– L’infidélité narcissique 

Ce type d’infidélité concerne toutes les personnes qui ont besoin de séduire pour se rassurer ou parce qu’elles aiment savoir qu’elles plaisent.

Pour ces personnes, chaque occasion d’entrer dans un jeu de séduction est bonne à prendre. Et les risques de tromper sont donc particulièrement élevés dans ce type d’infidélité.

Côté morale :

Ce désir de séduire fait partie de vous, il est naturel.

Mais votre partenaire aura sans doute du mal à entendre et à accepter le fait que vous ayez envie d’aller voir ailleurs.

Difficile dans ces conditions de parler de manière franche si l’on ne souhaite pas altérer sa relation conjugale.

– L’infidélité émotionnelle

Ici, on peut citer le cas des personnes qui ont tout d’un coup des sentiments pour quelqu’un d’autre ou le cas des personnes qui manquent de sentiments au sein de leur couple.

Certaines infidélités émotionnelles sont platoniques (comme par exemple des échanges virtuels mais sans aller plus loin), d’autres se terminent par contre en réelles relations extraconjugales.

Côté morale :

Avoir moins de sentiments pour son ou sa conjointe que pour son amant ou sa maîtresse ? C’est une question morale importante. Pourquoi trahir son partenaire alors que l’on désir le quitter pour plus d’amour ? Autant partir …

Par contre, avoir à la fois des sentiments pour son ou sa conjointe et pour son amant ou sa maîtresse, c’est différent …

Dans ce dernier cas, la morale ne peut trancher, c’est le cœur et les sentiments qui peuvent et doivent trouver une réponse à ce dilemme.

– L’infidélité longue durée (la double-vie)

Sans doute la forme d’infidélité la plus aboutie.

Côté morale :

Ce n’est pas bien de mentir longtemps !

A un moment il est sans doute préférable de faire un choix et de clarifier les choses.

– L’infidélité sexuelle

Typiquement, on retrouve ici deux sortes de personnes infidèles :

  • Celles qui sont insatisfaites en couple.
  • Et celles qui sont comblées en couple mais qui tout de même envie de plus.

Côté morale :

Doit-on parler d’infidélité sexuelle si l’on a plus de rapports sexuels au sein de son couple ? Cette forme d’infidélité est-elle pire que l’infidélité émotionnelle ?

Pas sûr …

– L’infidélité pour se venger

Si tu me trompes, alors je te trompe ! Balle au centre et on verra ensuite …

Côté morale :

Vous avez été trompé ? Pourquoi n’auriez-vous pas le droit de tromper à votre tour ?

– L’infidélité consentie

Dans ce type d’infidélité, les deux partenaires sont ok sur le principe que l’un ou l’autre puisse aller voir ailleurs tant que ces agissements ne remettent pas en cause le noyai conjugal.

Côté morale :

Rien à dire, les deux partenaires sont au courant …

A eux d’assumer ce type de relation et de voir jusqu’où cela les mènera …

Et puis, cet accord d’aller voir ailleurs est-elle une manière de sauver son couple ou un réel désir d’adopter un style de vie libertin assumé ?

– L’infidélité pour saboter son couple

Ici, la personne infidèle espère qu’une relation extraconjugale :

  • Accélèrera le délitement du couple.
  • Ou sera un moyen de savoir que l’on préfère en fait son / sa partenaire à un amant / une maîtresse.

Côté morale :

Tromper pour quitter est un mauvais prétexte. Autant quitter et faire sa vie chacun de son côté.

Tromper pour savoir si une relation extraconjugale compte plus qu’une relation conjugale ? On peut à la limite comprendre dans la mesure où ce type d’infidélité peut déboucher sur l’idée selon laquelle la relation de couple est en réalité plus forte que la relation extraconjugale.

Cela peut paradoxalement sauver et renforcer une relation conjugale.

Mais attention, une infidélité de sabotage n’est pas destinée à durer.

En guise de conclusion …

Existe-t-il une infidélité « meilleur » que les autres ?

L’infidélité sexuelle n’est pas parfaite mais elle peut se comprendre dans le cas d’un couple amoureux mais qui n’a plus ou peu de rapports charnels. Elle est aussi l’une des formes d’infidélités les plus courantes …

L’infidélité consentie a le mérite d’être franche. Elle est souvent le résultat d’une réflexion profonde au sein du couple. Mais attention, même dans ce cas tout n’est pas simple. L’autre conjoint a-t-il plus d’aventures ? Ne va-t-il pas tomber amoureux d’un autre partenaire ? Même si les conjoints sont ok sur le principe, il n’est pas facile de laisser ses sentiments et la jalousie de côté …

Envie de faire des rencontres entre infidèles ?